9- ÉQUILIBRATION OCCLUSALE POST-ORTHODONTIQUE [ODF]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

9- ÉQUILIBRATION OCCLUSALE POST-ORTHODONTIQUE [ODF]

Message par Admin le Dim 19 Sep - 14:43

ÉQUILIBRATION OCCLUSALE POST-ORTHODONTIQUE




I INTRODUCTION
Après un traitement orthodontique, certaines situations nécessitent le recours à l'équilibration occlusale.
En effet parmi les objectifs de traitement auxquels nous devons répondre, figurent les critères qui vont garantir la fonction occlusale, et donc une meilleure stabilité des dents dans leurs nouvelles positions aussi bien sur le plan statique que dynamique.

II DEFINITION

C'est la correction de certaines anomalies mineurs ou apparentes secondairement: récidive d'un encombrement, mouvement indésirables (égression, rotation...) qui peuvent perturber l'occlusion et compromettre la stabilité des résultats post-orthodontiques.

III BUTS DE L'EQUILIBRATION OCCLUSALE POST-ORTHODONTIQUE
Améliorer la fonction occlusale avec:
• Suppression des anomalies persistantes,
• Suppression des interférences,
• Améliorer la cinétique mandibulaire et protéger les ATM,
• Améliorer les relations intra- et inter-arcade,
• Empêcher la récidive ou diminuer les risques.

IV INDICATIONS
• Elle est systématique chez l'adulte,
• Lorsqu'en fin du traitement, il existe un décalage entre RC et ICM supérieur à 2mm,
• Lorsqu'il persiste des prématurités,
• Lorsque les dernières molaires n'ont pu être incorporées dans le dispositif multiattache et qu'elles présentent des prématurités importantes particulièrement du côté non travaillant.
• Lorsque le traitement orthodontique a conduit à une occlusion de Classe II et Classe III.
• En l'absence d'extraction ou en cas d'extraction unilatérale, unimaxillaire.
• Lorsqu'il persiste des diastèmes, absence de continuité des arcades, absence de points de contact, avec possibilité de récidive, de tassement alimentaire et d'atteinte parodontale.

V ÉQUILIBRATION OCCLUSALE
- Elle se fait régulièrement 3 à 4 mois après la dépose de l'appareillage servant de contention.
- Elle nécessite une analyse occlusale approfondie.
Il faut procéder à l'examen des arcades séparées puis en occlusion et étudier la cinétique mandibulaire.

V.A. AGENCEMENT INTRA-ARCADE
Il faut étudier:
• Les positions des dents (continuité des arcades assurées par des points de contacts interproximaux).
• Les crêtes proximales doivent se trouver au même niveau.
• Étudier la courbe de Spee a concavité supérieure.
• Les axes dentaires en fin du traitement doivent présenter un certain degré de parallélisme, le contrôle des axes dentaires doit être effectué à l'aide d'une radio panoramique au stade terminal du traitement actif.
• Étudier la situation des freins.

V.B. RELATION INTER-ARCADE

Elles sont analysées en ICM, en RC et lors des différentes excursions de la mandibule.

V.B.a. RELATION STATIQUE
L'occlusion est normalement engrenante avec antérieurement le recouvrement et le surplomb incisif.
L'ICM est une situation dans laquelle les deux arcades présente le maximum de contact.
L'occlusion idéale est la classe I canine et molaire d'angle.
- Le traitement peut aboutir à une classe II thérapeutique après extraction des 14 et 24 ou à une classe III après extraction des 34 et 44.
Ceci peut perturber les rapports physiologiques cuspides-embrasures ou cuspide-fosse centrale ou marginale.

V.B.b. RELATION CINETIQUE

1 CHOIX DE POSITION DE REFERENCE
La position de repos est très variable de même que la position d'ICM, c'est la RC qui est utilisée comme position de référence, c'est la plus satisfaisante car la plus précise et la plus facile à déterminer.
La recherche de la RC doit faire partie intégrante du diagnostic et doit être repérée tout au long du traitement.
En effet, les condyles doivent être placés dans une position optimale au niveau des cavités glénoïdes, ceci va contribuer à une meilleure équilibration occlusale.
Dans le cas contraire, on peut aboutir à un échec thérapeutique avec risque de récidive, risque de parodontolyse, d'abrasion, mobilités dentaires, troubles au niveau des ATM.
La RC est définie par la position la plus reculée, non forcée des condyles dans les cavités glénoïdes.

2 MOUVEMENT DE PROPULSION
Lors des mouvements de propulsion, la mandibule est conduite antérieurement par la pente incisive et postérieurement par la pente condylienne.
Au cours de ce mouvement, le condyle avance et s'abaisse, il n'y a pas de contact inter-dentaire au niveau des secteurs latéraux et postérieurs.
La pente incisive est guidée par les faces palatines des incisives supérieures, elle décrit une trajectoire qui va de l'arrière vers l'avant et de haut en bas.
Le guide incisive doit permettre une désocclusion immédiate et totale de toutes les dents postérieures.
L'orthodontiste doit construire une pente incisive suffisante pour éviter les interférences postérieures (2 à 3mm d'OB), ceci protégera les condyles et évitera les pathologies comme les craquements et la douleur.

3 MOUVEMENT DE LATERALITE
Au cours de ces mouvements qui vont de l'ICM, il y a un côté travaillant et un côté non travaillant.
Une fonction de protection canine, ou une fonction de groupe (canine et incisive) destinée à protéger le parodonte lors de ces mouvements.
Lors des mouvements de latéralité, du côté travaillant le condyle se déplace du côté externe, si la désocclusion concerne des dents postérieures des deux côtés travaillant ou non travaillent, on parle de protection canine, si du côté travaillant plusieurs dents y compris les canines guident la fonction latérale depuis l'ICM jusqu'au bout à bout, il s'agit de fonction groupe avec absence de contact non travaillant.

VI TECHNIQUE D'EQUILIBRATION
L'équilibration occlusale commence déjà au cours du traitement actif, elle consiste à contrôler l'occlusion tout au long du traitement (mouvements parasites, régression, version, rotation)
Il est nécessaire de contrôler les rapports des cuspides d'appuie avant la dépose de l'appareillage, il est facilement réalisable sur moulage, dans la technique ___ grâce aux arcs idéaux qui vont permettre la coordination des arcades, ceci grâce au courbures du premier, deuxième ou troisième temps.

VI.A. TROISIEME TEMPS: GOUTTIERE

L'utilisation d'un tooth-positionner ou gouttière occlusale réalisée en résine molle, en caoutchouc ou en silicone transparent.
La gouttière est placée en fin de traitement par rapport à l'occlusion idéale.
Indications de la gouttière, elles sont multiples:
• Permet la fermeture d'espace résiduel (diastème, espace laissé par les bagues molaires et prémolaires)
• Coordonne les deux arcades (correction des anomalies mineures),
• Améliore les faibles inclinaisons axiales,
• Améliore l'engrenement cuspidien,
• Permet une équilibration sans moulage,
• Maintien le résultat obtenu après traitement (contention active).

VI.B. QUATRIEME TEMPS: STRIPPING
Le stripping permet de réduire la largeur mésiodistale des dents (strips abrasifs ou disque) après suppression totale des appareils, ceci permet de:
• Réduire le risque de récidive des chevauchements (traitement sans extraction),
• Supprimer le léger chevauchement persistant
• Améliore les rapports d'arcade et l'esthétique du sourire
• Se pratique surtout sur les dents antérieures, canines et incisives
Le stripping tient compte d'un certain nombre de facteurs:
• L'anatomie de la dent,
• Type de la malocclusion,
• L'état et l'épaisseur de l'émail.

VI.C. 5ème temps: équilibration par meulage
Il s'agit de favoriser une ICM optimale par suppression des interférences occlusales.
Cette méthode tient compte des différentes positions mandibulaires, pour cela, on utilise du papier à articuler et fraise diamantée montée sur turbine.

VI.C.a. METHODE DIRECTE
Le meulage se fait directement en bouche et consiste à régler les interférences lors des différentes positions mandibulaires (RC, propulsion et latéralité).
On procède à un meulage à minima par petites touches légères, ceci se fera durant plusieurs phases à la suite d'une étude occlusale approfondie.

VI.C.b. METHODE INDIRECTE
Elle se fait pour les cas complexes nécessitant un meulage plus important.
Elle consiste à réaliser un meulage sur les modèles en plâtre avant de le réaliser sur les dents, ceci pour éviter de mutiler l'élément dentaire.
Cette méthode nécessite une prise d'empreinte supérieure et inférieure avec plaque de cire d'occlusion en relation centrée, montage sur articulateur avec enregistrement des positions mandibulaires, réalisation des meulages indiqués puis transfert en bouche.
Quelque soit la méthode, le meulage doit être réalisé 4 à 6 mois après la dépose du dispositif de contention, il s'agit d'un complément de traitement orthodontique, mais ne doit pas être systématique.

Admin
Admin

Messages : 198
Date d'inscription : 18/09/2010

Feuille de personnage
dentdz:

Voir le profil de l'utilisateur http://dentdz.forumalgerie.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum