Rétention, adhésion et stabilité [Prothèse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rétention, adhésion et stabilité [Prothèse]

Message par Admin le Dim 19 Sep - 19:42

Rétention, adhésion et stabilité


I/ Introduction


La rétention des prothèses adjointes totale supérieure et inférieure dépend de certains facteurs physiques qui sont:
• Adhésion

• Cohésion

• Pression atmosphérique

Cette rétention sera améliorée en respectant et en exploitant certains éléments anatomophysiologiques parmi lesquels il y a des indices positifs et des indices négatifs.

II/ Facteurs physiques:

II/A) Adhésion

C'est l'attraction moléculaire existant entre deux surfaces de nature différente. Il y a adhésion de la salive à la surface muqueuse d'une part et adhésion de la salive à la surface de l'intrados de la prothèse.

Cette adhésion est d'autant plus importante que le contact entre la surface muqueuse d'appuis et la surface de l'intrados et intime et plus étendue. Elle devient optimale lorsque le filament salivaire est très mince.

Pour que le film salivaire soit mince, la morphologie de la surface de l'intrados doit être l'image fidèle de la surface muqueuse d'appui. Pour arriver à ce but, il est important lors de la prise d'empreinte définitive de prendre les précautions suivantes:

1 - Faire rincer soigneusement la bouche du patient pour éliminer les dépôts salivaires

2 - Sécher la surface muqueuse d'appui

3 - Pratiquer des perforations dans le P.E.I au niveau des régions trop compressibles tel que les zones de Shröeder, crêtes flottantes afin d'éviter leur modification lors de la prise d'empreinte.

II/ b) La cohésion:

C'est l'attraction des molécules de la salive entre-elles
La cohésion a un rôle important dans la rétention des prothèses lorsque la sécrétion salivaire est riche en mucine (la viscosité de la salive dépend du contenu en mucine). L'adhésion et la cohésion ont une action simultanée et indissociable en prothèse.

III/C) Pression atmosphérique:

La pression atmosphérique intervient dans la rétention des prothèses adjointes uniquement lorsque leur contour périphérique se transforme en un joint périphérique effectif hermétique (ne laisse pas passer l'air) et lorsqu'un vide partiel se crée entre l'intrados et la surface muqueuse d'appui.
Pour que le joint soit hermétique, il doit présenter les points suivants:

• Doit reposer sur les tissus mous compressible et ne pas le comprimer.

• Être suffisamment épais compatible avec l'esthétique pour augmenter l'étendue de la surface de contact avec les tissus mous compressibles.

• Le joint doit être arrondie est lisse pour mieux s'adapter au tissus mous non compressibles et pour ne pas les blesser, pour que le contour périphérique soit réalisé correctement, il faut que son enregistrement respecte les impératifs suivantes:

- Le matériau doit être suffisamment plastique pour permettre l'enregistrement des différents mouvements

- Le matériau doit être de consistance suffisamment épaisse pour offrir une certaine résistance aux tissus mous compressibles en fonction.

- Les mouvements effectués doivent être d'une amplitude limitée pour éviter le refoulement excessif du matériau.

Eléments anatomophysiologiques:

1) Eléments anatomophysiologiques à exploiter: Les indices positifs
1) a- Au maxillaire supérieur:

- Crête ou procès alvéolaire: La crête idéale est large , haute, à côtés parallèles, recouverte d'une fibromuqueuse ferme et adhérente à l'os.

- Les tubérosités: doivent être de dépouille pour favoriser la rétention, doivent être recouvertes jusqu'au sillon ptérygo-maxillaire.

- La voûte palatine: Plus la voûte est importante, plus la rétention est grande, un palais en forme de U avec une base large horizontalement assure une rétention maximale.

- Les régions paratubérositaires: Il existe de véritables poches qui permettent un contour périphérique épais, arrondi, lisse assurant la formation d'un joint périphérique hermétique.

- Les sillons ptérygo-maxillaires: Ils doivent être repérés avec précision car ils constituent la limite à atteindre pour une rétention maximale.

- Le voile du palais: La prothèse supérieure doit s'étendre jusqu'à la partie vibratile, compressible du palais mou.

- Les fossettes palatines: Constituent un repère de la limite postérieure du PEI (doit être recouverte par le PEI)

1) b- Au maxillaire inférieur:

- La région sub-linguale: S'étend de la 34 à la 44. C'est l'élément jouant le rôle le plus important dans la rétention de la prothèse inférieure.

- La région sous maxillaire: Sa profondeur peut être modifiée par l'apparition des glandes sous maxillaire.

- La région sub-linguale postérieure: Région des niches rétro molaires, elle permet une extension distale de la prothèse. Elle est dans la région la plus postérieure de la région linguale.

- Les poches de Fiche (ou jugales): Dans le côté vestibulaire, s'étendent du frein vestibulaire latéro-inférieur qu bord antérieur du masséter dans ces régions au contact intime doit exister entre le bord de la prothèse et la ligne de réflexion muqueuse.

- Papilles rétro molaires ou éminences périformes ou trigones rétro molaires: Sont localisés dans la zone postérieure de la crête. Ce sont des éléments positifs à exploiter et à recouvrir complètement.

- La langue: Son volume et sa position interviennent dans la rétention et la stabilité des prothèses inférieures. Une langue large est favorable à la rétention et à la sustentation.

2) Eléments anatomophysiologiques négatifs:

2) a- Au maxillaire supérieur:

- Torus palatin: C'est une éminence osseuse qui se trouve au niveau de la suture intermaxillaire (zone à décharger).

- Les zones de Shroeder: Zones cellulo-adipeuses situées dans la région postérieure de part et d'autre de la suture intermaxillaire. Avant de prendre l'empreinte secondaire, pratiquer des pertuis dans le PEI en regard de ces régions afin d'avoir une empreinte avec pression minimale.

- Les ligaments ptérygo-maxillaires: Ne tolèrent aucune interférence avec une prothèse totale supérieure (à dégager).

- Région des freins vestibulaire, médian et latéraux: Zone à libérer (dégager), il faut créer une échancrure à leur niveau.

- Crêtes flottantes: Prendre une empreinte non compressive.

2) b- Au niveau de la mandibule:

- Région vestibulaire antérieure: Se situe entre le frein vestibulaire antérieur et le frein vestibulaire latéral. L'extension de la prothèse dans ces régions est limité par la tonicité de la lèvre inférieure.

- Les apophyses géni: Lorsqu'elles sont douloureuses, il faut les décharger.

- Région des tori: Ce sont des exostose bilatérales sur la face interne de la mandibule (zones à décharger quand elles existent).

- Freins vestibulaires médians et latéraux: A dégager.

Admin
Admin

Messages : 198
Date d'inscription : 18/09/2010

Feuille de personnage
dentdz:

Voir le profil de l'utilisateur http://dentdz.forumalgerie.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum