Techniques d'obturation canalaires [OC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Techniques d'obturation canalaires [OC]

Message par Admin le Dim 19 Sep - 19:57


Techniques d'obturation canalaires



INTRODUCTION :

Après éviction de la pulpe et la préparation de la cavité endodontique, l’obturation de tout le système canalaire est indispensable pour prévenir tout risque de réinfection .Le succès d’une fermeture hermétique complète de l’endodonte dépend directement de la forme de la préparation de ses limites et de la qualité du nettoyage.


1 .DEFINITIONS :

 Selon LOURICHESSE : Le scellement su système canalaire consiste à isoler le canal radiculaire principal et ces collatérales, secondaire ou accessoires du reste de l’organisme pour maintenir le résultat obtenu par la préparation canalaire
 Le scellement canalaire représente l’acte terminal de l’intervention endodontique.
 Selon HESS : L’obturation d’un canal radiculaire est un acte opératoire biologique, principalement physique et mécanique et secondairement médicamenteux.


2.OBJECTIFS

 OBJECTIFS TECHNIQUES :
Est de remplir la totalité de l’endodonte par un système d’obturation capable de réaliser le scellement des canaux principaux ; latéraux et accessoires on assurant étanchéité parfaite au niveau du ou des foramen apicaux et accessoires.

 OBJECTIFS BIOLOGIQUES :
Est de maintenir le résultat s obtenu par la préparation canalaire, en empêchant toute modification secondaire de l’environnement per apical par les éléments bactériens ou toxique.

3.LES CONDITIONS POUR L'OBTURATION CANALAIRE :

L e canal doit rependre à certains critères :
1- Une culture négative.
2- Pas d’exsudation excessive venant du canal.
3- Absence de mauvaise odeur dans le canal.
4- Pas de sensibilité per apicale.
5- Pas de douleur, absence de symptomatologie.


4. LES LIMITES DE L'OBTURATION CANALAIRE :

Ce sont celles de la préparation, l’obturation doit arriver à la JCD qui se situe à 0,5 à 1 mm de l’apex radiologique
Deux situations à considérer :

• Dent pulpée sans destruction de la limite de la JCD
• Dent nécrosée avec destruction de la JCD.


5. LES TECHNIQUES DE L'OBTURATION CANALAIRE :


1- TECHNIQUE D’OBTURATION AVEC LA PATE ET LENTULO :

1-1 Technique avec la pate seule :

Principe :
Elle
consiste à obturer avec une pate portée sur l’extrémité active du
bourre pate monté sur C A et introduite dans le canal préparée à
l’arrêt et retiré en rotation et on arrêt l’apport que lorsque le canal
déborde de pate.

Matériel :
- Les bourres pate de LENTULO.
- Past inject.
- Pâte à l’oxyde de zinc eugénol consistance crémeuse.


Technique :
- Choix du bourre pate adapte à la longueur et au diamètre du canal.
- Essayage à l’arrêt du bourre pate qui doit arriver à la limite apical ,ensuite il est monté sur C.A.
- La vitesse doit être faible entre 1000 et 4000 t/m ainsi que le sens de rotation qui est celui des aiguilles d’une montre.
-
Le lentulo est enrobé de pate de consistance crémeuse introduit dans le
canal à l’arrêt sur toute la longueur de travail menie d’un stop pour
contrôler la langueur (longueur de travail _ 1mm de sécurité) faire
marcher le C.A jusqu’à ce que le lentulo sort du canal.
- L
‘opération est répétée jusqu’à ce que la pate déborde dans la cavité
l'excès de pate dans la chambre pulpaire est enlevé avec une boulette
de coton ou un excavateur.
- Une radio de contrôle de l’obturation est faite.


1-2 Technique à la pate avec adjonction de cône de G.P :

L'obturation
avec la pate est peu homogène, l’adaptation aux parois est inconstante
à cause de la rétraction lors de la prise on place le cône de G.P pour
améliorer les qualités de l’obturation.

Technique :
L’introduction
de la pate se fait de la même façon que précédemment, on doit choisir
un cône de C.P qui doit être d’un diamètre immédiatement inférieur au
dernier instrument utilisé lors de la préparation. La G.P doit assurer
l’étanchéité finale de l’obturation.


2- TECHNIQUE DE CONDENSATION DE LA GUTTA :

2-1 Technique de la condensation latérale a froid :

Principe :
La
technique de condensation latérale consiste à appliquer sur les parois
de la préparation le plus grand nombre possible de cône de gutta pour
améliorer l’étanchéité périphérique et la cohésion de l’obturation
autour du maitre cône scellé.
Les cônes sont condensés à froid aves un instrument approprie « Spreader »
Les
forces de condensation appliquées sont dirigées vers les parois
canalaires , d’où la dénomination de condensation latérale. Mais il
existe une aussi une composante des forces en direction apicale.
Indication : Préparation large « préparation en flamme »


Matériels et matériaux :

 Des cônes de gutta :

- Un cône principal standardisé et des cônes accessoires non standardisés.
- Un ciment de scellement canalaire.
- Des fouloirs latéraux ou Spreaders.

La
condensation latérale est basée principalement sue la possibilité de
déformer un cône dans sa masse, le matériau n’a pas tendance à
reprendre sa forme initiale d’où la stabilité dimensionnelle après la
déformation, puisque la compression n'intervient pas au niveau des
distances inter moléculaires.
Les cônes seront d'autant plus déformables que la G.P sera moins dure.
Il
faut utiliser des cônes non standardisés, car leur conicité plus
marquée facilite l'enfoncement du condenseur (Spreader), l'écoulement
du ciment de scellement canalaire vers la partie coronaire, évitant
ainsi tout risque de dépassement vers le foramen, parce que leur
rigidité est plus importante.

 Le ciment de scellement canalaire :

Il permet :

- Assurer l'étanchéité du joint dent-obturation.
- Une action lubrifiante.
- Combler les irrégularités du canal.
- Pouvoir anti-bactérien.
- Une radio-opacité.

 Les Spreaders :

Les
cônes de G.P sont condensés à froid contre les parois canalaires par
des fouloirs latéraux ou Spreaders. Ce sont des instruments à main, et
il en existe deux sortes :

- Spreaders à manche long : le compactage au niveau des dents postérieures.
- Spreader à manche court : voire plutôt arrondie.






Méthodes opératoire :

Séquences opératoires :

- Ajustage du maître cône.
- Insertion du ciment canalaire et scellement du maître-cône.
- La condensation proprement dite et l'adjonction des cônes accessoires.


1- Choix et ajustage du maître cône :

- Généralement, le maître cône est standardisé.
- Le maître cône doit être ajusté en longueur et en diamètre selon les mêmes mesures que la préparation.

o Essayage du maitre cône :
Il
doit pénétrer jusqu'à la limite apicale de préparation et présenter une
légère résistance au retrait (c'est ce qu'on appelle "TUG-BACK".

2- Préparation, insertion du ciment et scellement du maître-cône :

-
Quel que soit le ciment utilisé, il doit avoir une consistance crémeuse
pour donner une lubrification suffisante lors de l'insertion des cônes
de Gutta et du "Spreader".
- L'extrémité apicale du cône est enduite
d'une goutte de ciment, et introduit dans le canal jusqu'au repère
marqué préalablement par un pincement avec des précelles.

3- Condensation proprement dite :

- Vérifier l'enfoncement du Spreader qui devra pénétrer jusqu'au repère correspondant à la L.W. moins de 2 mm.
-
Cette poussée verticale déplace l'extrémité du cône vers la limite
apicale de la préparation, tandis que la pression latérale moule le
cône principale contre la paroi canalaire et créer l'espace nécessaire
pour l'introduction d'un autre cône.
- Le Spreader est ensuite retiré avec un mouvement de rotation pour le décoincer sans risque de déplacer le cône principal.
- Dans l'espace ainsi crée, un cône accessoire enduit de ciment est introduit, il est généralement non standardisé.
- Les manipulations se succèdent jusqu'à obturation complète du canal.
- L'excès coronaire de Gutta est sectionné avec un instrument chauffé au rouge.
- La qualité de l'obturation, densité et limites, est contrôlée radiologiquement.


2-2 Technique de condensation verticale de la G.P. chaude (schilder) :
Ou obturation canalaire en 3 dimensions.


Principe :

-
Le principe repose sur la mise à profit des propriétés thermoplastiques
de la G.P. qui offrent à l'opérateur la possibilité de "Mouler" le
matériau sous pression et de façon contrôlée à l'anatomie de la cavité
endodontique préalablement nettoyée et mise en forme.
- Le canal doit être considérablement élargi, avec une forme conique pour faciliter l'accès au 1/3 apical des fouloirs.

Matériels et matériaux :

 Cônes de G.P non standardisés :

- Cônes classiques, en raison de leur conicité accentuée par rapport à celle des cônes standardisés.

 Ciment de scellement canalaire :

A base d'oxyde de Zinc eugénol.

 Source de chaleur :

-
Le rythme séquentiel de la technique nécessite une source chaleur
suffisamment puissante pour amener le réchauffeur au rouge, le plus
rapidement possible.
- Un dispositif à gaz, à flamme réglable convient bien.
-
L'idéal peut être l'appareil d'Analytic Technology qui permet de mieux
contrôler l'apport de chaleur et élimine les inconvénients de la
présence d'une flamme près du patient.

 Fouloirs verticaux "Pluggers" :

Sont destinés à condenser verticalement la G.P ramollie par apport de chaleur.

 Réchauffeurs :

Sont des instruments de type Spreader à manche, destinés à être chauffés pour ramollir la G.P.

 Poudre de ciment oxyphosphate de Zinc :

Les
fouloirs verticaux sont utilisés à froid et doivent être trempés dans
de la poudre de ciment à l'oxyphosphate de Zinc qui empêche la Gutta
ramollie à chaud de coller sur le fouloir en se refroidissant.
 Les compresses stériles :

Elles servent à nettoyer fouloirs et réchauffeurs après chaque apport et après chaque condensation.


Technique opératoire :

1- Choix et ajustage du maître-cône :

-
L'extrémité du maître cône est coupée jusqu'à ce que le diamètre
s'adapte parfaitement à quelques millimètres (2 ou 3 mm) en deçà de
l'apex.
- De ce fait, il y aura un Tug-Back minime au retrait du cône.
-
Une radio-cône en place doit toujours être prise pour objectiver la
position de l'extrémité du cône par rapport à l'apex radiographique.

2- Essayage préalable des fouloirs verticaux :

On sélectionne en général 3 fouloirs de diamètre décroissant qui vont être essayés dans le canal préparé.

- Le premier doit pouvoir pénétrer librement au niveau du 1/3 coronaire du canal.
- Le deuxième doit atteindre, dans les mêmes conditions, le 1/3 médian.
- Le troisième doit progresser aisément jusque dans la région du 1/3 apical.

3- Préparation et mise en place du ciment de scellement.
4- Mise en place du maître cône :

L'extrémité
apicale du maître cône est enduite de pâte, celui-ci est introduit
doucement dans le canal dans sa position préétablie, afin de ne pas
propulser de la pâte au-delà de l'apex.

5- Condensation verticale :

 Condensation tridimensionnelle du 1/3 apical :
-
Un Spreader chauffé au rouge, est introduit jusqu'au niveau apical pour
ramollir le cône de G.P (il est retiré rapidement afin d'éviter
d'enlever l'ensemble de la G.P).
- Après avoir ramolli la G.P avec
le Spreader chauffé, on doit utiliser le fouloir approprié qui pénètre
dans la masse du matériau sur une profondeur de 2 ou 3 mm, en créant
une dépression dans sa partie centrale.
- Il faut à ce moment le
retirer légèrement et effectuer immédiatement une série de petites
poussées verticales de faible amplitude, en cherchant à obtenir une
section aussi plane et régulière que possible de la G.P condensée.
- Ces opérations sont répétées plusieurs fois, jusqu'à ce que le premier fouloir atteigne son point de pénétration autorisé.
-
Après, on utilise le second fouloir pour réaliser la condensation de la
partie médiane du canal en utilisant réchauffeur-fouloir
alternativement comme précédemment pour ramollir et compacter la G.P,
jusqu'au moment où l'on atteint le point de pénétration maximal de ce
2ème fouloir.
- L'action du troisième fouloir à une distance de 5 à
7 mm de l'extrémité apicale, peut ainsi déplacer de façon contrôlée le
bouchon de G.P rendu plastique et réaliser le scellement apical
recherché.

 Obturation tridimensionnelle du ventre canalaire :
- Les 2/3 coronaires du canal, laissé vides après le compactage initial, doivent être obturés.
-
L'obturation est réalisée à l'aide de petits morceaux de G.P d'une
longueur de 3 à 5 mm, insérés dans le canal et compactés les uns après
les autres, à l'aide des mêmes fouloirs déjà utilisés dans l'étape
précédente mais cette fois ci dans un ordre inverse c'est-à-dire du
plus petit au plus gros.
- L'opération est répétée pour les segments
suivants, en utilisant des fouloirs de calibre croissant jusqu'au
remplissage complet du canal.







2-3 L'obturation canalaire par la technique de compactage thermomécanique de Gutta Percha (MAC SPADDEN) :

-
Le compactage thermomécanique est une approche mécanique de
plastification et de condensation verticale et latérale de la G.P dans
le système canalaire.
- Le condenseur de Mac Spadden est monté sur
C.A. conventionnel (à bague bleu), utilisé à une vitesse de rotation
(dans le sens des aiguilles d'une montre) rapide (8000 à 10000 tours /
min).

Principe :

La vitesse de rotation de l'instrument
va provoquer un échauffement au contact de la Gutta, donc la ramollir,
et les spires vont pousser et compacter la Gutta, ainsi ramollie,
verticalement, en direction apicale.

Matériaux utilisés :

- Cônes de Gutta non standardisés.
- Ciment de scellement.

Technique opératoire :

1- Choix du compacteur :

-
Le compacteur sélectionné doit être de même calibre ou d'un calibre
immédiatement inférieur au dernier instrument utilisé dans la
préparation canalaire.

2- Choix du maître cône :

- Le maître cône est choisi et adapté au diamètre du canal, ajusté à la longueur de travail moins 1 mm.
- La pointe du cône de G.P doit être plus large que le foramen apical pour éviter le déplacement du cône au-delà du foramen.







3- Compactage :

Il repose sur la succession précise de 5 temps opératoires :

1)
Coincer le cône de G à 1,5 mm de l'apex après avoir enduit son
extrémité de ciment de scellement, utilisé uniquement à titre de
lubrification.
2) Contact : insérer le compacteur sans rotation, jusqu'à ce qu'il coince le cône contre les parois.
3) Rotation :
-
La rotation du compacteur est commencer et elle doit être d'une vitesse
suffisante (8000 à 10000 tours / min) pour plastifier la G.P.
- Pendant la 1ère seconde de rotation, aucune pression apicale ne doit être exercée sur le compacteur.
-
En une à 2ème seconde, le frottement de l'instrument contre le cône
dégage de la chaleur et ramollie la G, cela se traduit par une
diminution de la résistance rencontrée.
4) Enfoncement :
- Dès
que la résistance soit diminuée, le compacteur par un geste progressif
est enfoncé en direction apicale, et arrêté à 1,5 mm de la longueur de
travail.
- Cette pression apicale est nécessaire pour compenser un
certain mouvement d recul que provoque la G.P plastifiée contre les
spires de l'instrument.
5) Recul :
- Après être arrivé au repère
marqué sr l'instrument, la sensation de recul se développe ; garder
l'instrument en rotation sur place pendant environ une seconde.
- Il faut continuer à faire tourner le compacteur pendant le retrait et on le retire lentement.

Avantages :

- L'obturation du système canalaire est réalisée en quelques secondes.
- L'évasement excessif du canal pendant la préparation n'est pas nécessaire.
- Les forces exercées sur la structure radiculaire sont minimales.
- Les apex ouverts ou divergeants peuvent être obturés sans extrusion apicale de G.P.







2-4 Technique d'obturation canalaire par les systèmes Ultra-Sonores :

Principe :

- Le principe repose sur l'utilisation du dégagement de chaleur produit par l'onde ultra sonore et ses effets complémentaires.
- Le scellement de la totalité du système canalaire par les ondes acoustiques uniquement est long, difficile et aléatoire.
-
Il semble possible d'utiliser l'énergie ultra sonore pour le scellement
de la zone apicale du canal sur une courte distance, les zones
coronaires étant obturées par une autre technique, (compacteur de Mac
Spadden).

Avantages :

- Rapidité d'exécution.
- Douceur de la technique au niveau apical, le scellement s'exécutant sans force ni contrainte.
- Utilisation du compacteur de Mc Spadden dans une zone où il ne présente aucun risque.


2-5 Thermafil :

En 1978, B. JOHNSON "une technique simple, rapide et efficace d'obturation canalaire".
Sa méthode utilise un ciment, des limes endodontiques en acier inoxydable et de la G.P thermoplastique.

Matériel utilisé :

Le système Thermafil comporte :

 Des obturateurs :
Constitués
d'un support en métal (titane) ou plastique enrobé de G.P de phase
alpha (fluide à basse température 70° C et possédant de bonnes
propriétés adhésives)
[Les obturateurs sont disponibles du 20/100 ou 140/100].

 Les obturateurs en titane :
Sont destinés aux canaux présentant des caractéristiques :
- Canaux fins.
- Canaux courbes.
- Anatomies particulières : canaux plats, racine très courte.
 Les obturateurs en plastiques :
Sont utilisables cependant dans tous les cas et permettant la réalisation des logements de tenons.

 Le thermaprep :
Four de préparation de l'obturateur, permet d'amener la G.P à la température idéale de travail (Entre 60° - 70° C).
Les obturateurs, standardisés aux normes ISO.

Choix de l'obturateur :

- L'obturateur choisi doit correspondre impérativement au numéro du dernier instrument passé jusqu'au foramen.
- La longueur de travail est reportée sur l'obturation par l'intermédiaire du stop en caoutchouc dont il est équipé.

Technique d'obturation :

La séquence clinique simplifie au maximum la manipulation du matériau d'obturation.

- Pendant le temps de préchauffage, le ciment canalaire est préparé.
- Le canal est asséché sur toute la longueur de travail en prenant soin de ne pas irriter les tissus périapicaux.
- L'obturateur sélectionné est mis en place dans le réchauffeur et la minuterie déclenchée.
- Une petite quantité de ciment endodontique est déposée sur les 3 ou 4 premiers millimètres de la préparation canalaire.
-
La progression cervico-apicale de la G.P va chasser le ciment sur les
parois dentinaires réalisant ainsi la lubrification du canal et
l'étalement du ciment jusqu'au foramen.
- L'obturateur prêt à
l'emploi, après son passage dans le réchauffeur, il est introduit dans
le canal en exerçant une translation en direction apicale dans l'axe
principal de la préparation.
- La Gutta fluidifiée progresse en avant du support et comble les volumes préparés.
Les canaux accessoires sont de même obturés par la pression latérale exercée par le support sur la Gutta réchauffée.
-
lorsque le stop indiquant la longueur de travail, arrive au contact du
repère anatomique choisi sur la couronne clinique, l'enfoncement est
interrompu.
- L'obturation est terminée.
- Un cliché radiographique de contrôle est réalisé.


CONCLUSION :

-
L'obturation du système canalaire est une étape rapide et facile si
tous les objectifs du nettoyage et de la mise en forme ont été
respectés.
- La G.P reste le matériau d'obturation le mieux adapté
et toutes les nouvelles tendances visent à utiliser ses propriétés
thermoplastiques.
- La pérennité du traitement endodontique est doc
assurée par l'étanchéité de l'obturation tant au niveau apical qu'au
niveau coronaire.

Admin
Admin

Messages : 198
Date d'inscription : 18/09/2010

Feuille de personnage
dentdz:

Voir le profil de l'utilisateur http://dentdz.forumalgerie.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum